Les Routes de la Porcelaine de Limoges en Haute-Vienne > Magazine > Un savoir faire de renommée mondiale

Un savoir-faire de renommée mondiale

L’or blanc de la Haute-Vienne

Le sous-sol de la Haute-Vienne disposait de toutes les matières nécessaires à la fabrication de la porcelaine : le kaolin, le quartz, le feldspath, les oxydes métalliques pour la réalisation des couleurs des décors, le bois transporté par la Vienne pour chauffer les fours et l’eau réputée pour sa pureté.

 



L’or blanc de la Haute-Vienne


C’est grâce à la découverte du kaolin en 1768 à Saint Yrieix-la-Perche (40 km au sud de la Haute-Vienne) et à la volonté de l’intendant Turgot que l’industrie porcelainière s’est développée à Limoges. La première manufacture de porcelaine s’ouvrit en 1771 ; deux ans plus tard, elle fut placée sous la protection du Comte d’Artois puis rachetée en 1784 par la manufacture royale de Sèvres avant d’être revendue pour un franc symbolique en 1796.


Après les troubles de la Révolution, les manufactures privées s’attachèrent à produire de la porcelaine de qualité. Le kaolin limousin permettait d’obtenir un blanc exceptionnel et translucide. Une grande partie des pièces était ensuite décorée à Paris.


C’est au cours de la seconde moitié du XIXème siècle que la porcelaine connaît son apogée ; en 1840, on compte une trentaine d’usines ; la réputation d’excellence de la porcelaine dépasse largement les frontières. Dès 1865, Haviland exporte vers l’Amérique et ses décors inspirés du japonisme enrichissent la créativité. Les évolutions technologiques, la main d’œuvre habile et bon marché, la diversité des formes et des décors, la réalisation d’objets d’art, la virtuosité créatrice d’artistes comme Félix Bracquemond, Suzanne Lalique, Jean Dufy ou Sandoz ont favorisé l’expansion de la porcelaine.


Reconnaissance internationale Les porcelainiers ont été récompensés à plusieurs reprises lors de leur participation à des expositions universelles à Londres, Paris, Vienne, Philadelphie et Chicago. En 1925, l’Exposition internationale des arts décoratifs confère à Limoges le titre prestigieux de « capitale internationale de la porcelaine ».

 

 

 

Les grands noms de la porcelaine

Les grands noms de la porcelaine


L’audace, la créativité des grands fabricants de la porcelaine : Pouyat, Dufraisseix, Haviland, Royal Limoges (en activité depuis 1797) Bernardaud, Tharaud, Lafarge, Jammet- Seignolle, Raynaud, Artoria, Coquet, R. Haviland et C. Parelon, Médard de Noblat, Merigous ou l’Ancienne Manufacture Royale (spécialisée dans le rééditions d’objets services anciens) contribuèrent et continuent à contribuer à son rayonnement et à sa notoriété.



La découverte du kaolin


C’est par hasard que le kaolin a été découvert à Saint-Yrieix-la-Perche. L’histoire raconte que Madame Darnet utilisait pour blanchir son linge « une argile blanche ». Son mari, chirurgien, intrigué par cette matière décida de la faire analyser. Il s’avéra qu’il s’agissait d’un kaolin d’une pureté remarquable. Le chef du laboratoire des pâtes de la manufacture royale de Sèvres fut dépêché sur place et découvrit à Saint-Yrieix-la-Perche un gisement « d’une blancheur et d’une beauté à se mettre à genou devant »… Quelques mois plus tard, la carrière fut achetée au nom de Louis XVI.